La Carte des Maraudeurs

Et si les Maraudeurs avaient su ce qui allait arriver ? Que se serait-il passé ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juliet P. Harvey
Serpentard
Serpentard
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 01/07/2012

MessageSujet: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Mar 3 Juil - 15:53

Le samedi était enfin arrivé, et la plupart des élèves étaient ravis à l'idée d'un week-end de repos. Le déjeuner aurait pu se dérouler sans inconvénients. Aurait pu. Mais voilà, il y avait ce magnifique Grand-Duc gris, aux plumes anormalement teintées de bleu si on y regardait de trop près, et que Juliet ne connaissait que trop bien, qui s'était posé en face d'elle. Après un instant d'hésitation, Juliet avait chassé le volatile d'une petite tape, dans la ferme intention de ne pas lire le parchemin qu'il apportait... Mais l'oiseau s'était entêté jusqu'à qu'elle ne décroche la missive de sa patte, et, une fois qu'elle l'avait enfouie dans une des poches de sa robe de sorcier, les quelques questions qui avaient fusées de la part de ses chers camarades de Serpentard avaient achevé de l'agacer.
Juliet avait abandonné son repas et s'était rendue à la bibliothèque dans la ferme intention de travailler jusqu'à oublier tous ses soucis. Seulement, au bout d'une vingtaine de minutes, il s'était avéré impossible de travailler. Un groupe de petits de première année travaillaient bruyamment, et, même après menaces et regards noirs, et un silence assez instable, elle n'était pas parvenue à se plonger dans son travail. Cette lettre dont le sceau violet était toujours marqué et dont elle ne connaissait pas le contenu l'inquiétait. Mais elle ne voulait surtout pas l'ouvrir.
Il ne restait alors qu'un unique moyen de se changer les idées. Ses amis avaient bien compris que ce n'était pas le moment de lui parler et l'avaient laissée aller chercher dans sa malle ce dont elle avait besoin. Elle avait ensuite descendu les multiples escaliers qui, miraculeusement, l'avait envoyée à bonne destination, et elle se dirigeait à présent vers le terrain de Quidditch. L'air frais lui faisait du bien, et elle était persuadée que, d'ici quelques heures, tout irait pour le mieux. Respirer l'odeur de l'herbe fraîche et marcher sur ce chemin qu'elle empruntait plusieurs fois par semaine depuis des années l'apaisait. Mais c'était insuffisant.

Une fois arrivée au vestiaire, elle se changea rapidement. Elle sentait toujours la lettre sans la poche de sa robe en la pliant, mais, résolue à ne pas l'ouvrir, elle la rangea dans un coin de son esprit. Esprit d'ailleurs bien rempli de tout un tas de choses qui n'avaient pas lieu d'être...
Elle n'avait jamais remis en question tant de choses en si peu de temps qu'elle le faisait en ce moment. On était samedi et elle n'était même pas fichue d'aller s'amuser avec les autres dans le Parc pour prendre le soleil ou se promener autour du Lac. C'était une belle journée pourtant... Mais rien à faire. A croire que ses parents continuaient d'exercer des ondes négatives, même à une telle distance.

Juliet s'empara de son balai, une petite merveille toute récente appelée Flèche d'Argent et qui l'avantageait nettement lors de certains match contre des attrapeurs aux balais moins performants. Elle adorait le contact lisse et doux du bois au toucher et la dextérité avec laquelle on pouvait manier le manche. Certes, un petit défaut de fabrication faisait que les décollages étaient toujours assez remuants, mais Juliet s'y était habituée et ne quitterait son balai pour rien au monde. Même à la sortie de nouveaux modèles, à moins que vraiment son balai ne soit trop vieux et que cela ne l'empêche d'aller aussi vite que les autres, bien entendu. Il y avait très peu de Flèches d'Argent sur le marché, on disait qu'ils disparaissaient car son fabricant, Leonard Jewkes, était noyé sous les demandes. Heureusement, avec quelques Gaillons de plus, il en avait créé un spécialement pour la demoiselle suite à une lettre des Harvey deux ans plus tôt. C'était un petit caprice qui avait valu le coup vu la merveille.

Balai en main, en tenue et prête à s'envoler, Juliet ouvrit la vieille armoire où était rangée la malle qui contenait les différentes balles du jeu. Un Souaffle, deux Cognards et son cher Vif d'Or... Elle la porta de sa main libre jusqu'au terrain. Lorsqu'elle la posa, elle se rendit compte qu'elle n'avait plus du tout mal au poignet, fraîchement guéri par Vipera. Cette fille était vraiment douée. Juliet eut un petit sourire satisfait et s'apprêtait à enfourcher son balai lorsqu'un mouvement retînt son attention. Quelqu'un d'autre se tenait sur le terrain. Un quelqu'un qu'elle n'avait pas du tout envie de voir. Encore moins maintenant, les nerfs déjà à vif alors qu'il avait un don prodigieux pour l'agacer. Elle leva les yeux au ciel en soupirant.

- Black... Qu'est-ce que tu fais là ? souffla-t-elle, agacée.

Sirius Black en personne était à quelques mètres d'elle. Alors que beaucoup de filles avaient un radar-au-maraudeur greffé au cerveau et les repérait à dix kilomètres, elle ne s'était pas rendu compte de sa présence. Elle savait que le maraudeur était le capitaine de l'équipe de Gryffondor et qu'il avait de bonnes raisons de s'entraîner ici, justement, mais Juliet voulait être seule. C'est donc avec un regard peu aimable qu'elle attendit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Jeu 5 Juil - 13:20

Un avantage à être Capitaine de l'équipe de Quidditch était qu'on avait accès au matériel même en dehors des entrainements. Pour se changer les idées, en ce magnifique samedi matin, Sirius avait décidé d'aller frapper quelques cognards pour se défouler un peu. Il avait enfile sa tenue de Quidditch, laissé au placard sa robe et son insigne de capitaine, il n'était là que pour se faire plaisir. Son balais sous le coude il se dirigea vers les vestiaires où étaient entreposés les balles, mais avant qu'il n'y arrive il remarqua qu'il n'était pas tout seul. Juliet Harvey, une petite peste de serpentard était aussi sur le terrain, et à voir sa tenue elle voulait s'entrainer elle aussi. Avec Juliet on pouvait dire que c'était vraiment compliqué. Elle le déteste, comme la plupart des serpentards en fait, et lui ne l'aime pas, vraiment pas, elle est méchante avec Remus. Et quiconque s'en prend à Remus Lupin risque les foudres de Sirius Black et James Potter, tout le monde est prévenu, et ce ne sont pas des tendres surtout quand il s'agit de leur protégé. Donc entre Juliet et les bruns c'est la guerre, James et Sirius ne se privent pas. Mais, parce qu'il y a un "mais" Juliet semble beaucoup apprécier Patmol, oui oui le gros chien là, la seconde apparence de Sirius, il l'a croisée sous cette forme un jour et au lieu de la mordre il a voulu jouer un peu, du coup elle adore le chien et déteste l'humain, quand je vous disais que c'était compliqué.

Bref, revenons au terrain de quidditch. Ce n'était pas Juliet la peste qui allait lui gâcher son plaisir, que nenni.

- Je viens m'entrainer, ça ne se voit pas Harvey ? Faut t'acheter des lunettes ma pauvre fille.

Et sur ces paroles des plus amicales, Sirius lui passe devant, ouvre la malle et libère un cognard sans se préoccuper le moins du monde de savoir si elle a pu l'éviter ou non. Récupérant la batte qu'il avait posée plus loin il la fit tournoyer dans sa main avant d'enfourcher son balais et de décoller de quelques mètres.

- Tache de na pas trop me gêner, fillette.

Oh oui c'était de la provoc' gratuite mais il ne pouvait s'empêcher de montrer à la jeune fille qu'il ne l'aimait pas. Il n'avait libéré qu'un seul cognard pour commencer l'échauffement en douceur, et après avoir effectué quelques cercles pour évaluer le vent -et tous les paramètres compliqués qu'il n'avait pas retenu mais que son instinct avait parfaitement enregistré- il se dirigea droit vers le cognard et frappa une première fois. Qu'il était bon de sentir les vibrations du choc remonter dans ses bras et descendre dans sa colonne vertébrale, oui il aimait son boulot de batteur. Il s'était un peu éloigné de Juliet, lui laissant le temps de prendre son vif d'or et de se mettre sur son balais, ce n'est que plus tard que les choses sérieuses commenceraient, il était là pour s'entrainer et il le ferait… et ce serait encore mieux avec un cobaye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cartedesmaraudeurs.forumactif.org
Juliet P. Harvey
Serpentard
Serpentard
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Mar 10 Juil - 14:07

Pas de longues tirades avec ce cher Black. Juste des répliques cinglantes, des regards noirs et des provocations jetées à l'autre en permanence. C'était assez fatiguant, mais au moins, concentrer sa colère contre lui permettait d'oublier le reste. Ce type battait des records dans ce qui était de pourrir la vie des gens, surtout quand ils étaient à Serpentard ou ennemis des maraudeurs. Juliet remplissait les deux conditions, inutile donc de préciser qu'elle était sur liste noire du Gryffondor. Mais cette haine était réciproque et elle le lui rappelait aussi. Pas question de se laisser faire. Ripostes sur ripostes. La meilleure défense, c'est l'attaque, tout le monde le sait bien.
Ainsi, après la phrase peu sympathique du garçon, Juliet lui répondit, même en sachant que c'était peine perdue et qu'il ne l'écouterait pas.

- Justement, prend celles de ton cher ami Potter, et remarque que je suis là, et que par conséquent, je vais m'entraîner. Et ce ne sera pas possible si tu le fais en même temps, tu le sais très bien !

Mais déjà, il lui passait devant pour approcher la malle. Juliet serra les poings. Il avait libéré un Cognard, faisait jouer sa batte... Elle n'avait à disposition que son Vif d'Or, bien moins impressionnant. Sa baguette était restée à l'intérieur. Ça, Sirius ne le savait pas forcément. Certains joueurs préféraient jouer avec... Souvent, après quelques chutes, ils oubliaient cette manie dangereuse. Sa baguette était donc dans ses affaires, dans les vestiaires, en sécurité. Contrairement à elle.

Comme une discussion avec Black terminait toujours par des menaces, elle ne se sentait pas vraiment à l'aise sans. La Serpentard soupira. Elle aurait pu se contenter de ne plus penser à lui... Mais comment faire ? Elle était presque certaine qu'il n'hésiterait pas à lui faire quelques frayeurs avec des Cognards bien envoyés. Si une de ses fichues balles ne faisaient que la frôler, elle ou son balai, Black regretterait d'être venu au monde... Juliet se rappela qu'elle était venue ici pour se détendre. Ce n'était pas franchement réussi avec Black à côté. Elle hésita à repartir, puisque rien ne pouvait davantage l'agacer que cet idiot de Gryffondor, mais cela ferait tellement plaisir à Black qu'elle ne pouvait s'y résoudre. Et puis elle voulait vraiment se changer les idées. Alors qu'il s'éloignait, il jeta une petite pique de plus. Habituel. Sauf que cette fois, il l'avait appelée petite fille. Déjà, tout à l'heure, le fillette l'avait fait tiquer, mais là, c'était la goutte qui faisait déborder le chaudron ! Non, on ne pouvait plus l'appeler fillette. Parce qu'elle en avait assez d'être la petite fille assez idiote pour ne pas s'apercevoir des machineries de ses parents, l'insulte prenait une autre dimension. Ce qui était pour lui pure provocation dérisoire l'atteignait. Ce n'était ni l'époque de l'année ni le moment de la journée pour lui donner ces petits surnoms ridicules.

- Si tu ne veux pas que je te fasse manger ton Cognard, tu as intérêt à ne plus m'appeler comme ça.

Juliet l'ignora alors qu'il s'envolait. Elle enfourcha à son tour son balai et tapa un pied au sol ; elle détacherait sa balle après avoir fait un petit tour. Comme d'habitude, une secousse traversa le balai au démarrage, et puis tout disparut. Black et ses remarques agaçantes, la lettre de ses parents qu'elle redoutait d'ouvrir, la semaine de travail qui l'avait fatiguée, les petits de la bibliothèque qui l'insupportaient... Tout. Elle était seule avec le vent qui caressait son visage et emmêlait ses cheveux. Dans son élément. Elle monta haut, toujours plus haut et de plus en plus vite jusqu'à que ses yeux se remplissent de larmes et que le vent soit assez fort pour lui fouetter le visage et faire siffler ses oreilles. Mais rien n'était important. Tout était oublié. Elle pouvait discuter avec les nuages si elle le voulait, rester ici des heures, juste avec elle-même et les murmures du vent. Un peu rafraîchie par l'altitude, elle redescendit à hauteur normale, jusqu'au terrain. Black s'entraînait dans un coin mais ça n'avait plus d'importance. Enfin, presque plus. Elle avait un Vif à libérer. Black s'amusait comme un gamin avec sa batte, et elle le regarda d'un air désapprobateur. Les batteurs étaient souvent, d'après elle, les plus immatures et les brutes épaisses qui passaient leur temps à cogner. Bien sûr, ça rajoutait du piment au jeu, mais quand c'était envoyé avec méchanceté, un Cognard pouvait être très, très, très douloureux.
Juliet posa enfin pied à terre. Elle s'accroupit et laissa le Vif d'Or s'envoler. En quelques secondes, il avait disparu. Depuis sa première année, Juliet s'était imposé le défi de le suivre le plus longtemps possible du regard, mais il fallait avouer qu'elle était assez déçue de ses résultats. Le Vif était trop rapide. Et puis, alors qu'elle allait se renvoler, elle remarqua que Black avait laissé un Cognard dans la malle... Etrange. Au cas où la bonne idée de jouer avec le deuxième ne lui vienne à l'esprit, Juliet ferma à double tour la malle, glissa la petite clé dans sa poche. Bon, avec un peu de chance, Black non plus ne jouait pas avec sa baguette sur lui, comme ça, elle pourrait être en paix. Un seul Cognard à éviter, c'est toujours difficile, mais ça l'est moins que deux ! Comme si de rien était, la blonde repartit dans les airs, un sourire presque imperceptible sur les lèvres.

Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Sam 28 Juil - 16:46

Juliet aurait pu parler à quelqu'un d'autre que ça aurait eu le même effet sur Sirius, un petit murmure dans le vent, à peine audible et qui n'arrivait qu'à l'agacer. Le jeune homme ne prit donc pas la peine de répondre à Juliet, après tout qu'est-ce qu'elle ferait après ? Elle lui répondrait et ça deviendrait un cercle vicieux de piques, réflexions jusqu'à en arriver aux injures ou aux mains, parce qu'évidemment Sirius avait laissé sa baguette dans son sac. A vrai dire le souvenir de sa baguette qui lui rentre dans le côtes parce qu'il avait impérativement voulu la garder avec lui "au cas où" avait-il dit, est un souvenir plutôt convaincant pour ne plus recommencer là même bêtise. Donc si ils devaient se battre ils le feraient à mains nues, et ça ne dérangeait pas le moins du monde le gryffondor de frapper une fille, enfin ça dépend de la fille bien sûr. donc Sirius avait décidé d'ignorer Juliet, pour son bien à elle, et parce qu'il voulait s'entrainer, nom d'un petit balais ! Si il y avait bien une chose que l'on pouvait reconnaitre à Black, c'est bien qu'il mettait du coeur à l'entrainement… Bon évidemment il aimait taper dans le cognard, ce qui arrangeait bien les choses à vrai dire, mais là n'est pas la question.

Il avait donc ignoré la blonde et était parti s'entrainer. Sirius avait commence par un exercice simple, il se met dans la trajectoire du cognard et il frappe droit devant, il patiente quelques instant avant de poursuivre la balle et de la frapper à nouveau, en gros il joue avec lui même, s'amusant à faire des pointes de vitesse, se gardant toujours de se rapprocher de Juliet, non pas parce qu'il ne veut pas la gêner, mais parce que pour l'instant elle ne fait rien de bien intéressant, il patiente encore un peu. Etant satisfait de son début d'entrainement Sirius décida de passer à l'étape suivante et de corser un peu les choses, il se plaça sur son balais face au cognard qui arrivait à toute vitesse, réajustant sa prise sur sa batte il se permit un petit mouvement circulaire des poignets avant de tenir fermement le manche et de frapper de toutes ses forces dans la balle en donnant un effet à sa trajectoire. Le cognard partit à la verticale cette fois, le jeune homme suivit la balle des yeux quelques secondes avant d'empoigner son balais et de s'élancer à toute vitesse à la suite de la balle, penché sur son balais il dépassa le cognard avant de faire un virage en épingle à cheveux et de se retrouver tête en bas le cognard arrivant face à lui, il resta quelques secondes suspendu ainsi à l'envers avant de repartir en piqué, de lâcher le manche du balais et d'empoigner sa batte pour frapper la balle en ajoutant à la force de ses bras la vitesse de son balais. La vibration de la frappe remonta dans les épaules de Sirius et se répercuta dans toute sa colonne tandis que la balle amorçait une descente à toute vitesse suivie de près par le sorcier sur son balais.

A quelques centimètres du sol le cognard dévia sa trajectoire et parti à l'horizontale en filant au ras de la pelouse. Sirius suivait la balle en attendant que celle-ci change de trajectoire à nouveau et se retourne contre lui. L'attention du rouge et or fut captée par Juliet, son coup et le changement opéré par la balle l'avaient rapproché du "coin" où s'entrainait la blonde et il ne put s'empêcher de la regarder essayer d'attraper le vif d'or, en vain si ses déductions étaient bonnes. Il ricana avant d'être ramené à la réalité par le cognard qui avait profité de son inattention pour foncer droit sur lui, le gryffondor dû la survie de ses os à son agilité, bien que la balle frôla son balais lorsqu'il fit son espèce de looping raté, mais ce n'est qu'un détail, le plus important étant qu'il ne s'était rien cassé.

Bien, il avait vu que Juliet était passée aux choses sérieuses avec son entrainement, il allait donc faire pareil, en dirigeant tant bien que mal le cognard vers l'endroit où il voulait il prépara son petit effet. arrivé au bon endroit il frappa le cognard -fort- en direction de Juliet -oups- et attendit la dernière minute pour crier un petit "attention", non il ne visait pas la jeune fille mais… si en fait il la visait. Mais après tout, c'est le boulot d'un batteur d'envoyer le cognard pour ralentir l'attrapeur, non ? ah il faut un batteur en face aussi ? Bah elle n'avait qu'à demander à un de ses collègues de venir avec elle, qu'y pouvait-il si elle préférait jouer en solo ?


Dernière édition par Sirius Black le Ven 3 Aoû - 8:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cartedesmaraudeurs.forumactif.org
Juliet P. Harvey
Serpentard
Serpentard
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Ven 3 Aoû - 7:51

Dès qu'elle apercevait une balle dorée, Juliet filait à la vitesse de la lumière, s’aplatissait sur le manche de son balai pour gagner les moindres centièmes de secondes qui pouvait décider du dénouement du match. Elle adorait ce moment où un des deux Attrapeurs -même lorsque ce n'était pas elle- voyait enfin le Vif et que les deux fonçaient. C'était alors au plus rapide, à celui qui avait le bras le plus long où savait le mieux éviter les Cognards. C'était le moment le plus intéressant du jeu, l'instant où tout pouvait basculer, changer, mener à la victoire ou à la défaite. C'était son instant, son moment, celui que tout le monde retiendrait ensuite.
On aurait pu penser qu'au fil des ans, cette partie du jeu était une routine, une habitude, mais il fallait l'avouer ; à chaque nouveau match, il y avait cette excitation, l'adrénaline qui courait dans ses veines, le sang qui battait à ses tempes, son cœur qui s'accélérait, le monde qui disparaissait pour se focaliser sur le Vif. C'était toujours aussi magique, après toutes ce temps. Il y avait ces fois où un virage inattendu de la balle modifiait le cours du jeu, avantageant un joueur au détriment d'un autre, ces fois où un Cognard bien envoyé éliminait un des deux joueurs en l'expulsant plus loin, les chutes, les accélérations, les descentes brutales ; toujours de la vitesse.
C'est au moment où ses yeux captèrent un éclat doré que Juliet entendit le "Attention!" un peu plus loin sur le terrain.

- Attention, Juliet !
La petite fille blonde tourna la tête vers son cousin immédiatement, alertée par son avertissement. Un Cognard fonçait droit sur elle. Panique. Son père lui avait dit de ne pas faire de Quidditch avec ses cousins, parce qu'eux savaient en jouer et qu'elle était trop petite. Que c'était dangereux. Et là, tout son corps était paralysé alors qu'elle voyait le danger arriver à la vitesse de l'éclair, droit sur elle. Elle était incapable de se sortir de là... Alors elle fit le dernier geste désespéré qui lui vînt à l'esprit : elle sauta du balai. A quinze mètres de hauteur.
Trois heures plus tard, elle se réveillait péniblement à Sainte Mangouste sous le regard très en colère de ses parents. De son père surtout. " Tu as réagis comme une moldue ! Si tu as un balai magique dans les mains, tu t'en sers ! Mieux vaut encaisser cette satanée balle que sauter de son balai, tu as bien compris? A cause de toi, j'ai raté une réunion très importante. Tâche de ne plus m'importuner pour ce genre de maladresses à l'avenir."


Depuis le temps, Juliet en avait encaissé, des Cognards. L'expérience ne lui avait pas tellement plu, avec une côte fêlée, un balai abîmé, un hématome très douloureux pendant deux semaines sur le tibia, une contusion à l'avant-bras, et des tas d'autres bricoles de ce genre pas franchement agréables et toujours douloureuses. Black était sans aucun doute coupable de nombre de ces blessures, lui et son ami batteur à Gryffondor, vu que leurs maisons ne s'appréciaient pas du tout et n'hésitaient pas à y aller fort. En fait, toutes les maisons n'hésitaient pas à être agressives avec les serpents. Mais tant pis, au moins, eux savaient à quoi s'en tenir.
Après de nombreuses expériences, donc, Juliet ne réfléchissait plus une seconde en entendant les avertissements : elle fonçait. Sans même jeter un œil à la balle que Black lui avait envoyée, -sûrement exprès pour l'agacer ou la blesser, mais quel idiot celui-là ! - elle plongea. Elle entendait un sifflement à côté d'elle et savait que le Cognard la suivait. D'habitude, les batteurs de Serpentards évitaient ce genre de situation, ou du moins l'en sortaient. Mais là, maintenant ? Le seul batteur était Black, et vu qu'il venait de le lui envoyer, il ne comptait sûrement pas l'aider. La meilleure solution pour qu'il l'envoie loin d'elle, c'était de se rapprocher de lui.
Juliet poussa donc son balai à la vitesse maximale, direction le Gryffondor. Quand elle fut assez près de lui pour qu'il l'entende, elle hurla :

- NON MAIS T'ES MALADE OU QUOI ?! DEBARASSE-MOI DE CE TRUC TOUT DE SUITE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Sam 4 Aoû - 10:09

Soyons honnête, Sirius éprouvait quelques scrupules à blesser la jeune fille -en dehors d'un match officiel s'entend- après tout elle était sympa avec Patmol, alors que beaucoup évitaient le grand chien noir, et son côté canin aurait sans doute quelques remords. Pourtant c'est sans se presser que le gryffondor se dirigea vers Juliet, elle semblait avoir eu le bon réflexe, à savoir la fuite, avec un cognard y a pas trente six solutions. Il s'était arrêté à quelques mètres en voyant qu'elle se dirigeait vers lui à toutes vitesse, bon réflexe, un petit sourire fleurit sur le visage du rouge et or, décidément cet entraînement lui plaisait de plus en plus. Cependant la façon dont elle lui avait parlé ne lui plaisait vraiment pas.

- Et "s'il te plait" ça te tuerait ?! Il cria cela pour la forme, sachant que la serpentarde ne s'abaisserait jamais à lui dire ça, et surtout pas à lui, Sirius Black.

Pour la peine il la laisserait se débrouiller toute seule. Et toc ! Sirius remonta vers le ciel avant que le cognard n'ait pu l'atteindre et s'assura que la balle n'avait pas changé de cible, auquel cas, eh bien, il taperait dedans, mais non il poursuivait toujours Juliet. Le temps que le jeune homme fasse quelques mouvement de poignets bien assurés et bien frimeurs en faisant tournoyer sa batte, Juliet avait fait demi-tour. Elle avait sans doute remarqué que sa tactique n'avait pas marché et faisait le même chemin en sens inverse. Toujours pas de "s'il te plait" quand elle passa devant Sirius. Mais cette fois -ci, dans sa grande magnanimité et bonté le rouge et or frappa la balle pour l'envoyer à l'opposé de l'endroit où ils étaient.

- "Oh, merci Sirius de m'avoir débarrassée de ce cognard, je te dois une fière chandelle" Dit le jeune homme une imitant -avec plus ou moins de succès- une vois féminine censé ressembler à celle de Juliet. "Mais de rien Juliet, je n'allais pas laisser cette méchante baballe te faire bobo." Renchérit-il, cette fois-ci avec sa propre voix.

Cette mascarade de conversation le fit bien rire, même s'il savait que jamais ça n'arriverais, il aurait plutôt droit à des insultes. Il était habitué et il l'avait un peu cherché, mais qu'avait Juliet pour s'attaquer à lui à part sa mini-balle et son balais ? Rien, tandis que lui avait une batte. donc il était assuré qu'elle n'en viderait pas aux mains. Parce qu'une fille qui commence à mordre et griffer, eh bien ça fait mal, oui oui, une fille ça peut être dangereux. Ne jamais sous-estimer une fille ne colère quand elle n'a pas sa baguette sous la, et il parlait en connaisseur. Il attendait donc patiemment le flot d'insultes, ou du moins de reproches que Juliet ne tarderait pas à lui sortir, fidèle à elle même la jeune fille ne raterait pas une occasion pareille d'être désagréable avec lui, après tout il ne se privait pas alors pourquoi pas elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cartedesmaraudeurs.forumactif.org
Juliet P. Harvey
Serpentard
Serpentard
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    Sam 4 Aoû - 14:12

Black demandait qu'elle soit polie ? Parce que c'est poli d'envoyer un Cognard à une fille qui n'a rien demandé ? Si elle n'avait pas tant détesté la vulgarité, et qu'elle n'était pas à fond sur un balai et trop occupée à s'y accrocher, Juliet aurait bien fait un geste pas très sympathique à l'égard du Gryffondor. Comme elle ne pouvait pas lui foncer dessus (elle lui aurait bien fait mal, mais elle n'était pas du genre à se mettre en danger elle), elle dut le contourner. Évidemment, la balle folle continua à la poursuivre elle. Toujours en colère, et sachant qu'il finirait par se lasser en premier, Juliet se dirigea une fois de plus vers Sirius, qui, cette fois daigna sortir sa batte pour faire changer le Cognard de trajectoire. Soulagée, Juliet s'arrêta, le cœur battant encore à toute vitesse dans sa cage thoracique. S'il y a bien quelque chose à éviter, c'est un Cognard rapide à prendre de plein fouet. Si elle s'en était toujours bien sorti, elle savait que ça pouvait mal finir. Elle s'apprêtait à injurier Sirius, à lui arracher les cheveux de la tête s'il le fallait, mais il prit la parole avant.

- Oh, merci Sirius de m'avoir débarrassée de ce cognard, je te dois une fière chandelle ! s'exclama Sirius d'une voix plus aiguë qu'à l'ordinaire.

Il était en train d'essayer de l'imiter, c'est ça ? Juliet haussa un sourcil réprobateur et lui offrit son pire regard noir. Elle le détestait tellement qu'elle voulait lui faire avaler sa langue. De quel droit se permettait-il de se moquer d'elle alors qu'il venait de la mettre en danger ? De mettre en danger son balai qui lui avait valu une fortune et qui était unique ? Juliet plissa les yeux.

- Mais de rien Juliet, je n'allais pas laisser cette méchante baballe te faire bobo, ajouta-t-il en reprenant une voix normale.

Il éclata de rire à sa propre blague. Pathétique. Ridicule. Immature. Idiot. Inconscient. Juliet, énervée ? Mais pas du tout...
La Serpentard était du genre à s'énerver très vite. Les provocations marchaient toujours, avec elle, et on était sûr de l'agacer en quelques mots. Elle en était consciente mais ne faisait habituellement rien pour y changer quoi que ce soit. C'était un trait de son caractère, point. Mais elle n'était pas non plus idiote. Sirius voulait qu'elle s'énerve. Elle voulait s'énerver. Et elle l'aurait fait si elle n'était pas encore plus en colère envers d'autres personnes à ce moment-là.
Elle savait que ce n'était rien, qu'elle n'avait finalement pas reçu de Cognard, et qu'elle aurait dû s'attendre à un geste si idiot, inutile et dangereux d'un Gryffondor, encore plus quand c'était Sirius Black. Qu'il cherchait avant tout à s'amuser, et que, si ça l'énervait elle, ça ne pouvait que l'amuser encore plus.
Mais si Juliet savait aussi une chose, c'est que toute la colère qu'elle voulait dépenser en lui hurlant dessus ne lui était pas totalement adressée. Qu'elle serait déplacée, injuste. Qu'il était surtout là au mauvais endroit au mauvais moment. Elle aurait bien aimé se fâcher avec lui. C'était tellement plus facile. Et il le méritait, là n'était pas la question. Mais peut-être devait-elle d'abord se fâcher avec ses parents. Parce que toutes les piques désagréables qu'ils se lançaient, même si elles étaient injustes, même si elles étaient parfois cruelles, c'était avant tout un jeu puéril, à se chercher et à trop souvent se trouver, à en venir aux sorts, aux insultes... Mais là, elle avait surtout besoin, justement, de ne pas crier, de ne pas se fâcher avec d'autres, de se prouver que si elle n'était pas d'accord avec ses parents, ce n'était pas parce qu'elle était quelqu'un de borné -du moins pas toujours- mais parce qu'elle y avait réfléchi.
C'est donc pour se prouver à elle-même qu'elle n'était pas assez insupportable pour mériter ce que lui avaient fait ses parents que Juliet offrit son plus beau sourire à Sirius.

- Oui, c'est vrai, tu aurais presque mérité un merci si tu n'étais pas l'unique responsable de la situation critique de laquelle tu m'as sortie. Les politesses, ce sera une autre fois, tu veux bien ?

Bon. C'était déjà une avancée, elle n'avait pas encore trop hurlé ni insulté. D'accord, elle n'était pas franchement agréable, mais il l'avait aussi mérité et cherché... Restons calme. Juliet chercha quoi dire pour ne pas être trop désagréable, mais ne pas être désagréable, c'est être agréable, et elle ne voulait pas non plus paraître trop étrange ou se comporter de manière civilisée avec la personne qui s’insupportait le plus dans cette école.
Comme elle ne savait plus quoi ajouter, Juliet tourna le dos au Gryffondor en silence et commença à s'éloigner. Au bout d'à peine deux mètres et des poussières, elle s'arrêta de nouveau, se retourna. Son sourire éclatant avait pris des airs moqueurs.

- Au fait, ce n'est pas parce que tu n'as pas réussi à accéder à la maison la plus prestigieuse, alors que toute ta famille y est arrivée sans problèmes, qu'il faut passer tes nerfs sur les Serpentards parce qu'ils sont meilleurs que toi. Parce que là, même un hyppogryffe déplumé saurait mieux gérer sa frustration d'être à Gryffondor.

Oui bon, parce que les efforts, ça va deux minutes...

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit entraînement amical ? Vraiment? [Sirius]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Carte des Maraudeurs :: Poudlard - Extérieur :: Le Terrain de Quidditch-
Sauter vers: